Spiaggia Libera

en Projets Artistes
UPCOMING I Fair I Art Brussels I Group Show - Divine Desire I 25.04 → 28.04
Jeanne à la plage
2023
  • Jeanne à la plage
20.05 à 19h
Jeanne Turpault invite Victor Villafagne

Durant une quarantaine de minutes, l’artiste Victor Villafagne se livre au jeu de l’improvisation et de la composition musicale live, en dialogue avec l’œuvre de la peintre Romana Londi, et propose aux spectateur·ices une approche synesthésique de leurs deux univers plastiques et sonores. 

Ayant pour instrument un synthétiseur modulaire constitué d’éléments aux fonctions autonomes, Victor compose par couches et superpositions de textures, de filtres et d’effets. Le geste d’écriture, fait de sons analogiques, se répand par touches impressionnistes dans la galerie.

Il rejoint ainsi celui de la peinture, questionnant en miroir la domestication d’une matière soumise à des changements d’états, chimiques et perceptifs, et son déploiement dans le cadre du tableau.

Si la partition musicale demande une écoute particulière pour en capter les infinies variations, les peintures de Romana se découvrent elles aussi dans une contemplation lente et progressive. 

Vue d’exposition, *Jetlag: Lullaby to the Tick of Two Clocks*, Spiaggia Libera, Paris. © Aurélien Mole

Vue d’exposition, Jetlag: Lullaby to the Tick of Two Clocks, Spiaggia Libera, Paris. © Aurélien Mole

Grâce à l’utilisation du « médium photochromique qui répond aux changements d’intensité de la lumière du soleil et aux mouvements des ombres », elles semblent en perpétuelle évolution.

L’effet produit par les films sensibles appliqués sur la peinture à l’huile, puis collés sur la toile (The Skinning of San Bartolomeo, The Devil’s Tale…), ouvre les scènes et crée un illimité du regard dans le champ du tableau. 

Dans une récente interview la compositrice Caterina Barbieri, virtuose du synthé modulaire, rappelle que la « musique peut être un puissant médium pour altérer la perception, accéder à un autre état de conscience ». C’est cette impression que je vous souhaite de vivre à travers la rencontre de ces deux langages, qui convoquent des iconographies et des motifs, dont le récit est à façonner.

Jeanne Turpault

A propos de Jeanne Turpault

Après un Master 2 en Arts et Pensée contemporaine à l’Université Paris Diderot, Jeanne Turpault a rejoint le Master professionnel Gestion des Arts et de la Culture à l’Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne. Sous la direction de Romain Tichit, directeur de la foire d’art contemporain YIA Art Fair, elle est chargée de production de l’édition 2016-2017 à Paris, Maastricht et Bruxelles.

Elle a co-fondé l’association iilim qui promeut et soutient la jeune création contemporaine dans le domaine des arts visuels et met en place des ateliers pédagogiques numériques.

Elle intègre l’équipe de Societies à l’automne 2017, met en œuvre une dizaine de commandes Nouveaux commanditaires et prend en charge l’axe Art & Éducation de l’association. Elle développe des actions et projets artistiques innovants dans les établissements d’enseignement supérieur et les campus en Ile-de-France.

A l’été 2022, elle prend le poste de Responsable d’Artagon Pantin ayant pour mission principale la gestion et l’organisation des événements du lieu, la coordination des équipes, ainsi que l’accompagnement artistique et la structuration professionnelle des résident·es.

A propos de Victor Villafagne

Victor Villafagne est un artiste sonore  travaillant principalement en performance live improvisée. Travaillant sur un synthétiseur modulaire, il explore la création sonore en sculptant l’électricité et l’énergie qui circule au travers de la machine.

Pour lui, le son est une arme mentale « tactile » d’influence  : les sons modifient et perturbent notre perception, ils nous touchent profondément et affectent notre rapport au monde.

Plasticien de formation, la musique est pour lui un moyen de régler ses comptes avec la sculpture. 

Son projet The Walking Ghost Phase, improvisation préparée spécifiquement pour chaque concert invite à un dialogue entre l’instrument, l’artiste, l’espace et les spectateurs, pour une exploration sonore  unique et imprévisible.

The Walking Ghost Phase est le nom donné l’état imperceptible d’une personne exposée à une dose de radiation mortelle mais dont aucun des symptômes n’est pour le moment visible.